top of page

Exploration des OBEs : ondes cérébrales, lumière Lucia, vibrations et personnalité des expérimentate

Lors d'une récente interview avec le Voyageur de la Conscience, nous avons plongé dans le monde fascinant des expériences extracorporelles (OBE), de la science des ondes cérébrales à l'utilisation des lumières Lucia pour induire des OBE, nous avons parlé de l'état vibratoire insaisissable, ainsi que de l'exploration de la personnalité des expérimentateurs chevronnés :


1. Première question : La science a-t-elle établi des valeurs précises de Hz pour les ondes cérébrales des différents états modifiés de conscience ?


Pour répondre à cette question, il faudrait approfondir les fondements sur lesquels elle repose et donc mieux comprendre les caractéristiques des ondes cérébrales d'un point de vue neurophysiologique. Par exemple, lorsque l'on dit que les ondes Delta sont associées au sommeil, cela ne signifie pas que ces ondes ne peuvent pas être observées à l'état de veille. En fait, elles sont enregistrées dans des expériences d'électroencéphalographie (EEG) où elles sont signalées dans le cortex préfrontal pendant des états de concentration extrême et d'absorption dans des tâches spécifiques. Par exemple, dans nos études sur l'état vibratoire (VS), nous avons constaté une augmentation du delta dans toutes les zones du cerveau. Néanmoins, les ondes delta sont l'un des marqueurs neurophysiologiques du sommeil.


En tant que tel, nous ne pouvons généralement pas établir indistinctement de telles corrélations entre des ondes cérébrales spécifiques sans mentionner davantage les états qui leur sont associés. D'autres caractéristiques, telles que la synchronisation, la désynchronisation, les corrélations entre les ondes et les zones du cerveau où elles sont observées, doivent également être examinées.


Mais c'est encore plus complexe que cela. Même en discutant d'états non ordinaires spécifiques, tels que l'hypnose, nous pouvons constater que différents types d'hypnose peuvent conduire à des corrélats neurophysiologiques différents. L'hypnose est un phénomène complexe qui peut être induit de différentes manières, notamment par la suggestion verbale, l'imagerie guidée et d'autres formes de manipulation cognitive. Les différents types d'hypnose peuvent donc impliquer différents mécanismes neuronaux et produire différents modèles d'activité cérébrale [1].


Il en va de même pour d'autres états, tels que l'hypnagogie, qui sont souvent considérés comme plus simples d'un point de vue phénoménologique. Bien que nous sachions qu'un tel état est associé aux ondes thêta, il n'a pas fait l'objet d'un consensus neurophysiologique scientifique et n'est pas toujours bien défini en termes de phénoménologie. De plus, la plupart des gens ne savent pas qu'il existe différents types d'hypnagogie (par exemple, en termes de phénoménologie) qui pourraient, en théorie, avoir des corrélats neurophysiologiques différents.


Associer une onde cérébrale spécifique à un état spécifique est donc une façon très limitée d'envisager les choses. Ce qui importe, c'est de savoir dans quelles zones elles apparaissent et à quel moment, en fonction de l'expérience vécue.


Enfin, en ce qui concerne les expériences de sortie hors du corps (OBE), il serait incorrect de suggérer qu'elles sont spécifiquement associées à un type unique d'ondes cérébrales, car il n'y a pas qu'une seule porte d'entrée pour accéder à un tel état. Cette condition est illustrée par les études de Tart sur le sujet surdoué M. X et Mlle Z. Par exemple, Mlle Z, lors de sa fameuse perception de l'affichage à 5 chiffres, a été associée à une fréquence de 60 Hz. En comparaison, l'EEG de M. X a enregistré un état non spécifique de mouvements oculaires rapides (N-REM). En d'autres termes, il ne s'agit pas d'un état N-REM normal

[2].


2. Deuxième question : La communauté scientifique française prend-elle les OBEs au sérieux, ou cet état continue-t-il d'être discrédité ?


Je ne sais pas si, au sein de la communauté française ou francophone, quelqu'un étudie spécifiquement les OBEs. Je n'ai pas vu d'articles le suggérant, bien que certains chercheurs étudient les expériences de mort imminente. Mais j'aime bien les travaux publiés par l'Institut Suisse des Sciences Noétiques (ISSNOE) sur le sujet, qui correspondent à mes OBEs et à mes connaissances en phénoménologie.


Il n'en reste pas moins que les OBEs sont très peu étudiées expérimentalement dans le monde. La plupart des études datent de quelques années, et la plupart ne considèrent pas la phénoménologie des OBEs comme elles le devraient (réductionnisme). De plus, la plupart des recherches ont été effectuées sans étudier de sujets doués. Cette condition est essentielle pour développer la recherche sur les OBE car les sujets experts peuvent généralement être mieux informés et plus autocritiques sur ce qu'ils ont vécu ou non sans tomber dans des illusions expérientielles. [3].


3. Troisième question : Que pensez-vous des lumières pulsées (par exemple, Lucia) pour induire des OBEs ?


Il ne s'agit pas d'une méthodologie qui a été étudiée en profondeur pour comprendre et déduire leur potentiel à induire des OBEs. De telles lumières stroboscopiques sont connues depuis les années 50. Elles ont été utilisées cliniquement pour tester l'épilepsie, par exemple, et nous savons qu'elles induisent des ondes alpha. Ces ondes sont bien étudiées et ont été observées dans différents types d'états, mais on ne voit pas très bien comment, dans de telles circonstances, elles pourraient induire une OBE.


J'ai testé différents appareils dans différents contextes pour voir s'ils étaient propices aux OBEs et je n'ai obtenu aucun résultat. Bien sûr, cela ne veut rien dire, car ce n'est pas parce que je n'en ai pas eu que d'autres n'en auront pas. Cependant, d'un point de vue conceptuel, en tant qu'approche des OBEs, j'ai le sentiment qu'une question expérimentale doit être abordée ou faire l'objet d'une réponse. Ces lumières induisent une stimulation hyper-sensorielle de nature essentiellement visuelle qui ne permet pas une expérimentation plus objective. Par exemple, l'expérimentateur qui commencerait à sortir de son corps en voyant un tunnel n'aurait pas la capacité objective de définir ce qui provient de la stimulation et de la réalité perçue. C'est un problème.


Deux études ont été réalisées, l'une en 2021 et l'autre dans le cadre d'une thèse d'étudiant au Royaume-Uni il y a quelques années. Les deux études ont révélé des choses intéressantes, mais surtout que ces stimulations induisaient le plus souvent des états dissociatifs (de nature pathologique). Par exemple, dans les deux études, les participants soumis à ces lumières ont exprimé des difficultés à penser et ont eu des pensées désorganisées, typiques des états dissociés mentionnés dans le DSM-V. Dans l'étude 2021, il y a quelques éléments plus intéressants. Cette étude fait état de niveaux d'absorption élevés, ce qui signifie que la personne a pu faire l'expérience d'un état d'attention réduite [4]. Une telle absorption ne se produit pas nécessairement lors de l'apparition d'une OBE, car nous pouvons être extrêmement concentrés mais ouverts à des stimuli externes pertinents.


Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas d'OBE pendant de telles stimulations. J'avais l'habitude de plaisanter avec un ami qui voyageait toujours avec un oreiller magique qu'il transportait dans tout le Brésil pour provoquer ses OBEs. Imaginez l'état de l'oreiller. Si l'oreiller peut provoquer des OBEs, je pense que la lampe Lucia le peut aussi. C'est une histoire vraie. Plus sérieusement, ce qui est intéressant ici, c'est que ces lampes induisent des états hallucinatoires lors d'états Alpha jugés similaires à ceux perçus lors de la prise de psychédéliques. Mais pour comprendre cela, il faut comprendre comment ces hallucinations sont stimulées. Les ondes alpha ont une activité réduite à l'état de veille. Bien qu'elles soient perçues pendant l'attention visuelle, elles ont généralement une activité réduite dans des conditions où les yeux sont ouverts. Ces ondes alpha sont réduites lorsque l'organisme est ouvert à toute stimulation de l'environnement, dans un état où l'on observe une augmentation des ondes bêta. Lorsque nous fermons les yeux, il y a une augmentation des ondes alpha en l'absence de stimulation, dans un état où nous sommes moins enclins à répondre à des stimuli ou à des apports externes. Cependant, la lampe Lucia stimule visuellement le cortex cérébral dans un état où l'organisme n'est normalement pas censé recevoir ces stimulations visuelles. Ce mécanisme est proposé pour créer les hallucinations associées aux lumières stroboscopiques qui interfèrent avec le mécanisme neurophysiologique naturel associé aux yeux fermés. Dans ce cas, le thalamus, qui traite les stimuli visuels provenant de la rétine, est hyperstimulé alors qu'aucun stimulus ne devrait être perçu, ce qui crée un état antinomique à l'origine des hallucinations. Ainsi, je dirais plutôt que les lampes Lucia sont plus susceptibles d'induire des hallucinations que les OBE. Cependant, les deux études mentionnées suggèrent qu'elles ont eu des participants qui ont rapporté des OBEs dans de telles conditions.


Nous pourrions également nous demander si un tel état est hypnotique ou non, étant donné, comme le rapportent certaines études, qu'une augmentation de l'alpha peut plus facilement conduire à l'hypnose. Quoi qu'il en soit, l'alpha n'a pas nécessairement été rapporté lors des OBEs, mais il l'est dans le Remote Viewing (par exemple, l'étude d'Ingo Swann).


En conclusion, je ne pense pas que nous en sachions assez pour pouvoir le dire. Néanmoins, je ne pense pas que ces conditions soient les meilleures pour expérimenter les OBEs, en particulier pour les nouveaux expérimentateurs, parce que ces états ne conduisent pas à des niveaux plus élevés de lucidité et d'objectivité, mais aussi parce que, phénoménologiquement parlant, sur la base de l'étude en cours, de telles lampes semblent induire des états qui ne sont pas nécessairement liés aux états OBEs normaux (par exemple, les états dissociatifs rapportés). Quoi qu'il en soit, il serait sans doute intéressant de l'étudier davantage.


4. Quatrième question : Les gens font l'expérience du VS sans être imprégnés d'une telle notion. Cela signifie-t-il que le VS est un phénomène objectif ? Existe-t-il des études sur le sujet en neurosciences ?


Cet état a toujours été considéré, jusqu'à présent, comme un état hallucinatoire. Les personnes rapportant la perception de fortes ondes électriques se déplaçant à l'intérieur de leur corps ont toujours été considérées comme hallucinant complètement ces conditions. Dans une étude que j'ai finalisée, j'ai procédé à un examen approfondi de la littérature sur le sujet, en me penchant sur la phénoménologie de ce que les personnes déclarent ressentir pendant le VS, en proposant que le VS ne soit pas considéré comme une pathologie ou une hallucination, mais comme un état unique doté d'une typologie spécifique. L'étude se penche également sur le fait que les personnes rapportent le VS dans différents états de sommeil de manière égale (par exemple, dans les mouvements oculaires non rapides (N-REM) et les mouvements oculaires rapides (REM)), ainsi que dans les états transitoires de sommeil et dans l'état de veille, perçu de manière spontanée ou non.


Cet état se caractérise par la perception d'ondulations ou de vibrations (de nature non mécanique) observées en montant et en descendant le long du corps à différentes fréquences et intensités, conduisant au VS, qui peut être considéré comme un état final de l'augmentation des vibrations. Ceci est important car les deux états, celui qui précède le VS et le VS proprement dit, sont souvent confondus, de même que l'état qui précède le VS est souvent confondu avec des frissons ordinaires. Cependant, ces états diffèrent complètement en ce qui concerne l'intensité des sensations perçues. En effet, des études ont rapporté que dans certains cas, le VS était si fortement ressenti qu'il était aussi intense que les psychédéliques. Cet état est également confondu avec la perception d'un son intracrânien (par exemple, le syndrome de la tête qui explose), qui peut être ressenti indépendamment ou non du VS et dont la phénonologie spécifique est différente de celle du VS. Mon deuxième article à venir cette année explorera et examinera plus spécifiquement les corrélats neurophysiologiques du VS chez des volontaires capables d'induire un tel état.


5. Cinquième question : Si vous êtes un expérimentateur qui fait de la recherche expérimentale dans les expériences d'OBE, cela ne crée-t-il pas un biais de confirmation dans les études scientifiques ? Si oui, comment l'éviter ?


Cette très bonne question fait preuve de lucidité quant aux cadres expérimentaux associés aux OBEs. Je répondrais donc oui, oui et non, et non. Oui, parce que la recherche participative est effectivement critiquée dans les standards actuels de la Science. Et à juste titre. En Science, nous voulons créer des expériences qui soient neutres et, dans notre cas, qui permettent une compréhension objective des phénomènes OBE. Nous créons donc des expériences pour tester une hypothèse spécifique. Alors, si la personne se teste elle-même, sera-t-elle biaisée et aura-t-elle tendance à exprimer un biais de confirmation sur ce qu'elle croit être le résultat de l'expérience ? Oui, mais cela dépend beaucoup des critères utilisés par le scientifique, de son intégrité et du niveau de critique qui sera appliqué à une telle expérience. Mais oui et non, car nous devons nous rappeler qu'indépendamment de notre participation ou non à une expérience, nous sommes avant tout des êtres subjectifs et émotionnels. Cette condition s'applique à toute expérimentation, qu'elle soit volontaire ou non. Ne peut-on pas dire qu'un physicien religieux peut être influencé par sa perception religieuse lorsqu'il élabore des théories physiques ? Qu'en est-il des scientifiques qui étudient la méditation et sont affiliés à un groupe religieux ou philosophique qui les oblige à prononcer des vœux ? Ne peuvent-ils pas, par ce processus, être biaisés dans leur jugement scientifique sur la méditation ? Les exemples sont nombreux. Qu'en est-il des psychologues qui étudient les états de transe cognitive auto-induits sous l'égide d'une personne qu'ils considèrent comme un chef spirituel qui leur a enseigné une telle transe ? Vont-ils exprimer une dissonance cognitive lorsque d'autres proposent que les résultats de leurs recherches suggèrent, en fait, qu'une sorte d'hallucination est en jeu ? Nous sommes donc tous biaisés d'une manière ou d'une autre. Cela fait partie de l'être humain. C'est la raison pour laquelle nous faisons de la science. Pour être critiqués.


Enfin, je dirais non, parce que, néanmoins, lorsque nous concevons une étude expérimentale, nous le faisons avec une hypothèse spécifique que nous voulons tester - en enregistrant une hypothèse avant de faire les expériences. De plus, les données sont très spécifiques lorsqu'il s'agit d'une recherche EEG particulière. Que vous y croyiez ou non, cela n'affecte pas la réalité des données EEG. Et à moins que vous ne tempériez délibérément les données, si vous leur attribuez une réalité spécifique différente, vous devrez expliquer pourquoi vous l'avez fait et confronter vos pairs sur les raisons de votre choix. Tout cela permet d'éviter les préjugés et d'accroître l'objectivité.


Dans le cas des expériences où j'ai effectué des électrostimulations pour étudier l'hypothèse de la jonction temporo-pariétale du cerveau comme mécanisme explicatif des OBEs et étudier la phénoménologie associée, je l'ai fait avant de les expérimenter sur moi-même pour éviter d'influencer ma pensée et ma perception à ce sujet. Ce n'est qu'ensuite, après avoir analysé les données, que je peux faire des expériences sur moi-même pour comparer ce qui a été rapporté par les participants à ce que je sais de mes propres expériences en tant qu'expérimentateur ayant de nombreuses années d'expérience. Mais on peut considérer qu'il s'agit d'un double avantage. Je pense que c'est aussi éclairant et inévitable que le scientifique qui étudie la vision ne peut pas devenir aveugle pour être objectif. Comme je l'ai dit, nous sommes toujours biaisés dans un sens ou dans l'autre.

6. Sixième question : En tant qu'expérimentateur aguerri, quelle est votre méthodologie pour provoquer une OBE ? Avez-vous des conseils à donner ?


Avant de parler de la méthodologie, je pense qu'il est important de parler de la personnalité. Ce sujet est important car c'est ce qui nous permet d'être plus objectif dans nos expériences. Par exemple, comment pouvons-nous tester, pour nous-mêmes, toute hypothèse que nous pourrions avoir sur les OBEs d'une manière contrôlée ? Ce type d'expériences empiriques est nécessaire car nous disposons de très peu de données expérimentales et scientifiques sur la réalité des OBEs. Il y a donc beaucoup de choses que nous ne savons pas encore et que nous pouvons commencer à mieux comprendre en étant critiques à l'égard de nos auto-expérimentations. Pour parvenir à une telle condition, nous avons donc besoin d'une méthodologie expérimentale spécifique. Cela signifie que nous devons être plus critiques. Plus scientifique dans nos expérimentations. Cela demande un certain état d'esprit, une certaine mentalité pour rester objectif et fidèle à notre expérience sans la fantasmer, tout en restant ouvert d'esprit pour comparer nos expériences avec ce qui est connu phénoménologiquement parlant de telles expériences. Ce qui est rapporté par d'autres personnes ayant vécu l'expérience. Et les données recueillies dans le cadre d'expériences comme celles que je fais ou que je développe. Notre expérience explique-t-elle mieux le phénomène ? Pourquoi diffère-t-elle du consensus empirique ? Y avait-il en moi une condition psychologique qui pouvait mieux l'expliquer ?


Je compare souvent cet état d'esprit à une étude menée il y a de nombreuses années sur la personnalité des téléspectateurs, qui montrait que les participants dont les perceptions étaient plus cohérentes et vérifiées présentaient des scores de personnalité plus élevés sur des traits associés à la conscience, à l'ouverture et à l'agréabilité. En effet, il est primordial d'être conscient de bien faire les choses, de ce qui est observé et de la manière dont nos émotions peuvent influencer nos perceptions. Ces aspects sont importants car ils augmentent notre diligence et notre prudence à juger des choses que nous n'avons jamais vécues. Nous devons donc calibrer notre personnalité pour analyser nos expérimentations de manière critique, comme je l'ai expliqué en détail dans mon livre. Cette condition est très différente de ce que l'on observe chez les personnalités schizotypiques, qui n'ont pas de perception critique de la réalité et ont des difficultés notoires à l'apprécier. Il s'agit là d'un véritable problème pour le développement de la recherche sur les OBE, car nous voyons beaucoup de soi-disant experts publics qui soit n'ont jamais eu de telles expériences, soit expriment des traits schizotypiques et narcissiques et manquent d'évaluation critique de leurs propres expériences.


Après cette orientation de la personnalité, les personnes doivent expérimenter différentes techniques pour développer leur capacité projective, en évitant dans un premier temps les techniques imaginatives afin de développer un point de vue objectif sur leurs perceptions et les expériences qu'elles réalisent. La personne doit également connaître sa personnalité. Ce qui fonctionne pour elle avec le temps, bien qu'elle doive continuer à explorer et même revenir à des techniques dont on pensait auparavant qu'elles ne fonctionnaient pas, mais qui peuvent être plus adaptées lorsque la personne a mûri.


Ce niveau d'expérimentation permet, d'une certaine manière, de développer un cerveau plus polyphasique, comme l'indique l'anthropologie, ce qui signifie que nous entraînons notre cerveau à atteindre différents états non ordinaires ou à réaliser des OBE par le biais de différentes techniques et de différents moyens. Cette condition est importante car il n'existe pas de voie unique pour atteindre les OBEs. Plus nous nous entraînons, plus nous explorons et plus notre système nerveux s'adaptera au fil de l'évolution pour atteindre un tel état et sera enclin à y parvenir plus facilement et plus spontanément, ce qui nous rendra plus enclins à expérimenter de tels états comme des états de sommeil naturels.


Par exemple, dans les expériences menées avec le VS sur des sujets experts, nous constatons qu'ils peuvent induire, dès le début, en moins d'une minute, un état d'ondes gamma élevées allant jusqu'à 240 Hz, tel qu'enregistré dans leurs EEG, alors qu'en fait, ces ondes gamma sont considérées comme relativement "peu fréquentes" dans l'activité cérébrale de tous les jours, car elles se produisent généralement lors de tâches spécifiques, de moments d'euphorie ou d'états de conscience, tels que la méditation ou la concentration intense, mais généralement à des niveaux d'ondes Gamma beaucoup plus faibles (généralement de 30 à 80 Hz, bien que l'on sache que certains types de méditation atteignent des niveaux d'ondes Gamma plus élevés). L'induction volontaire de l'état VS par l'entraînement peut conduire à une capacité accrue d'induire plus naturellement des ondes gamma chez ces personnes et, par conséquent, à une adaptation du système nerveux à cet effet, comme on l'observe chez les méditants de longue date (par exemple, qui expriment des ondes gamma plus importantes à l'état de veille). Dans mon article précédent, j'ai émis l'hypothèse que cette condition conduisait spécifiquement à une expression accrue d'OBE lucides et spontanées pendant les états de sommeil.





MSc. Neuroscience,

Sleep Consciousness Researcher,

PhD Candidate.


1] Cela dit, certaines données suggèrent que l'hypnose est associée à des changements dans l'activité neuronale de certaines régions du cerveau. Par exemple, des études utilisant l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) ont montré que l'hypnose est associée à des changements d'activité dans le cortex préfrontal, le cortex cingulaire antérieur et l'insula, entre autres régions. On pense que ces changements dans l'activité cérébrale reflètent les altérations de l'attention, de la perception et de la conscience de soi caractéristiques de l'état hypnotique. [2] Bien qu'il faille mentionner que ces cas ont également été rapportés par Mlle Z et que Monroe n'a pas réalisé d'OBE au cours d'un tel test. [3] J'ai mentionné dans des interviews précédentes que je trouvais surprenant que pour la recherche sur la méditation, nous utilisions des méditants experts avec des critères d'inclusion de 15 ans ou plus, ou avec d'autres critères tels que plus de 3000 heures de méditation, alors que nous n'utilisons que des personnes qui ont vécu "une ou deux" OBE pour la recherche sur les OBEs. [4] Il convient de noter que l'attention est un processus cognitif complexe qui implique différentes composantes, telles que l'attention sélective, l'attention soutenue et l'attention divisée. Ainsi, lorsqu'une personne exprime une focalisation étroite de son attention ou est absorbée par une situation spécifique dans laquelle elle est pleinement engagée et concentrée, cela ne signifie pas toujours qu'elle est totalement inconsciente de son environnement ou d'autres stimuli, car les ressources attentionnelles peuvent être allouées de manière dynamique à différents stimuli en fonction de leur pertinence et de leur importance.








5 vues

Comments


bottom of page