top of page

Les expériences extracorporelles - une réalité quantique ontologique ?

Une perspective basée sur des analyses narratives

Plusieurs théories ont été proposées pour expliquer les expériences extracorporelles (EOC). Pour l'essentiel et en simplifiant à l'extrême, les principales théories sur les OBE - qui représentent aujourd'hui plus de 40 théories - sont généralement liées à cinq types d'explications :

1. Les théories pathologiques : Elles suggèrent que les OBE sont liées à des maladies mentales.

2. Les théories psychologiques : Ces théories proposent que les OBE soient une sorte d'hallucination ou de délire causé par des facteurs psychologiques tels que le stress et l'anxiété.

3. Théories physiologiques : Ces théories suggèrent que des changements neurophysiologiques dans l'activité cérébrale sont à l'origine des OBEs.

4. Théories spirituelles : Cette théorie suggère que les OBE sont des expériences spirituelles ou métaphysiques qui permettent à une personne de se connecter à une réalité supérieure.

5. Théories quantiques : bien que, à quelques exceptions près, il n'y ait pas de lien explicite entre les théories de la conscience proposant que la conscience soit liée à des phénomènes quantiques (interaction cerveau-conscience) et les OBE, ces théories sont souvent transposées librement pour expliquer l'état d'OBE sur l'internet (dont l'examen dépasse le cadre de cet essai).


Bien que les théories susmentionnées sur les OBE et leurs catégories aient généralement donné lieu à une explication exclusivement unilatérale (par exemple, psychologique ou physiologique), un réductionnisme phénoménologique général a souvent conduit ces théories à être aveugles à la phénoménologie globale attribuée à ces expériences, qui en fait, - à l'exclusion des théories pathologiques -, indique que les facteurs psychologiques et physiologiques peuvent avoir des influences causales variables sur ces expériences pour des personnes différentes. Même cela, un état physiologique prédisposant à une OBE n'est pas nécessairement réductionniste et n'implique pas qu'il n'est pas régi par un autre mécanisme sous-jacent, psychologique ou spirituel. En définitive, cette complexité des facteurs est corroborée par l'étude de la phénoménologie des OBEs dans les comptes-rendus narratifs. Mais ces états peuvent-ils être corrélés à une quelconque théorie quantique ?


"Les fondateurs de la mécanique quantique ont pris la décision révolutionnaire d'intégrer de manière fondamentale les expériences humaines conscientes dans la théorie physique de base. Pour reprendre les termes de Niels Bohr, l'innovation clé a été de reconnaître que "dans le grand drame de l'existence, nous sommes nous-mêmes à la fois acteurs et spectateurs"" (Stapp, 2005, in Kelly, 2007). Si tel est le cas, les perceptions des OBE peuvent-elles être affectées de la même manière ? Par exemple, dans certains cas, des personnes ayant vécu l'expérience font état d'une sorte d'état de conscience "enchevêtré" indéfini. Ces états sont rapportés lors de l'apparition de l'OBE (par exemple, l'extériorisation initiale de la conscience) et sont décrits comme une "double perception", un "clivage perceptif" et un "sentiment de dualité spatiale" souvent exprimé comme la sensation d'être à deux endroits en même temps, qui ne ressemblent pas à des états dissociatifs. Certes, dans de tels cas, une théorie quantique de l'interaction cerveau-conscience pourrait hypothétiquement expliquer ces expériences par la théorie quantique de l'intrication[1], un phénomène dans lequel les particules deviennent liées et peuvent influencer le comportement des autres même lorsqu'elles sont séparées par de grandes distances, et qui a été théorisé pour expliquer les capacités psi de la conscience ; cependant, toutes les OBE n'impliquent pas la perception du corps physique dès le début. Cependant, toutes les OBE n'impliquent pas la perception du corps physique au début de l'expérience. En fait, le plus souvent, les experiencers n'ont aucune perception ou sentiment à propos de leur corps physique pendant l'OBE. Ces cas d'OBE, où l'expérienceur se perçoit littéralement hors du corps, loin du corps, peuvent-ils toujours être considérés ontologiquement comme un état quantique d'un point de vue purement expérimental ? En d'autres termes, un tel état d'OBE peut-il être lié à la physique quantique ?





La physique quantique étudie le comportement des particules subatomiques, telles que les électrons et les photons, pour comprendre les propriétés de la matière. Pour ce faire, elle s'appuie fortement sur les probabilités pour observer et détecter ces particules. Les fonctions de probabilité correspondantes qui permettent ces études sont formulées dans l'équation de Schrodinger et visent à expliquer le comportement des particules en termes de quantification probabiliste. Cette quantification permet à la mécanique quantique de représenter la probabilité de trouver un système dans un état particulier (par exemple, la fonction d'onde). Ainsi, l'équation de Schrödinger est utilisée pour décrire le comportement de particules telles que les électrons dans les atomes, les molécules et les solides. L'application d'un tel paradigme quantique pour expliquer l'état d'une OBE signifierait que les mêmes règles s'appliquent à la réalité vécue dans les OBEs. Cependant, la plupart des OBE (pas toutes) rapportent des perceptions régies par des conditions déterministes, telles que celles rapportées par les lois du monde macroscopique, et non par l'indéterminisme quantique. Par exemple, dans les expériences exprimant un haut degré de conscience, le corps astral est souvent perçu comme ayant une matérialité physique. L'hypothèse d'une réalité métaphysique signifierait également que non seulement cette réalité est gouvernée par les mêmes sous-particules présentant les mêmes propriétés, mais aussi que la manifestation de la conscience - souvent considérée comme étant expérimentée dans les OBE par le biais du corps métaphysique (par exemple, le corps astral) - devrait être, de la même manière, de nature physique (position moniste). Quoi qu'il en soit, si les propriétés de l'expérience d'OBE peuvent souvent être perçues aussi physiquement que l'expérience perçue dans l'état de veille normal, nous ne pouvons que présumer la possibilité (par exemple, que les mêmes sous-particules gouvernent ces réalités supposées).


C'est pourquoi peu d'expérienceurs, même les plus expérimentés, décrivent en détail les propriétés physiques du corps avec lequel ils vivent une expérience extracorporelle. Néanmoins, l'un des dénominateurs communs des OBE dont rendent compte de nombreux expérimentateurs - d'un point de vue expérimental - est la perception de la lumière, exprimée soit pour l'environnement perçu, soit pour la réalité physique du corps métaphysique. Si les présomptions ci-dessus sont correctes, alors, comme la lumière présente des propriétés quantiques décrites par les principes de la mécanique quantique, l'état d'OBE aurait, par essence, une propriété quantique ontologique hypothétiquement similaire à celle exprimée dans la réalité physique [2]. En d'autres termes, la manifestation de la conscience hors du corps exprimerait une caractéristique quantique physique. Peut-être à un degré plus élevé que dans la réalité physique.


D'autre part, comme on l'a dit, la physique générale et la localité de certaines OBE, suggérées par de nombreux témoignages, n'indiquent pas toujours une condition d'intrication. Soit par la perception du corps, soit comme une communion avec l'univers perçu. Certes, si les théories quantiques de la conscience peuvent théoriquement proposer une théorie de l'intrication pour expliquer pourquoi la conscience reste connectée même lorsqu'elle est séparée du corps (ce qui rendrait redondant le cordon astral), une telle théorie n'expliquerait pas les OBEs sans intrication perçue (par exemple, lorsqu'une localité et une agence égocentriques sont rapportées) [3]. Cependant, le même état d'intrication quantique pourrait être mieux adapté et proposé pour expliquer les perceptions de conscience non-duelle, associées ou non à des sentiments océaniques, pendant les OBEs (qui dans ces cas ne pourraient pas être monistes).


Une perspective OBE-quantique plus complexe et plus intéressante peut être théorisée. Si la réalité ontologique des OBEs et la réalité métaphysique hypothétiquement supposée du corps astral (par exemple, la manifestation de la conscience à travers le corps astral) expriment un état quantique potentiel, nos perceptions pendant les OBEs seraient également de type quantique. En effet, l'interconnexion non locale, telle que suggérée par le théorème de Bell sur le mécanisme quantique, laisse entendre qu'au niveau quantique, les particules ne peuvent être localisées dans l'espace et le temps (par exemple, les particules sont non locales) et, en tant que telles, elles sont des particules exprimant le potentiel d'un champ ou d'un état possible d'un système, appelé l'"espace de phase quantique". Compte tenu des hypothèses théoriques précédentes, on peut supposer qu'un tel champ pourrait être influencé par la perception de l'expérience extracorporelle (c'est-à-dire l'effondrement de la fonction d'onde). Cette condition pourrait expliquer les perceptions OBE évoquées spontanément qui sont perçues comme des expressions objectives réelles de la psyché et les différences perceptuelles dans les expériences de mort imminente. En substance, la conscience forcerait le champ à avoir un résultat concret.


Enfin, il convient de souligner que seuls quelques psychologues et neuroscientifiques s'aventureraient dans une théorisation conceptuelle de la signification fondamentale de la théorie quantique dans ces domaines. Et encore moins une théorie quantique de l'OBE. Et ce, pour une bonne raison. Les extrapolations des concepts quantiques classiques, telles que celle effectuée ici, sont en effet des approximations des concepts réels de la physique quantique et sont naturellement suffisantes pour répondre aux préoccupations des physiciens qui sont eux-mêmes souvent dépassés conceptuellement par de telles théories. En particulier lorsqu'elles sont élaborées par des non physiciens. En outre, toutes les hypothèses formulées ici sont simplement déduites de perspectives expérimentales (pour un examen, voir Montenegro, 2015). En tant que telles, ces hypothèses théoriques doivent être considérées comme des extrapolations libres d'examens narratifs et aussi spéculatives que les théories quantiques de l'OBE mentionnées ci-dessus. En effet, aucune de ces théories n'a jamais été étudiée ou testée de manière approfondie, et il existe actuellement peu de preuves empiriques pour soutenir l'idée que les OBEs sont ontologiquement régies par des mécanismes quantiques (par exemple, à travers les interactions cerveau-conscience) ou expriment des phénomènes quantiques tels que l'intrication. Une telle théorie quantique des OBEs peut être difficile à tester ou à confirmer en utilisant les méthodes scientifiques actuelles (vérifiabilité). Il est certain que nous aurons d'abord besoin d'une bien meilleure compréhension de ce qui se passe dans le cerveau pendant les OBEs pour y parvenir et tester de telles théories. Mais nous y parviendrons.

MSc. Neuroscience,

Sleep Consciousness Researcher,

PhD Candidate.


RÉFÉRENCES


Kelly, E., F., et al. (2007). Irreducible mind : towards a psychology for the 21st century, Rowan & Littlefield Publishers, Inc.

Montenegro, R. (2015). The Out-of-Body Experiences - An Experiential Anthology, Imagens & Letras.

Radin, D. I. (2006). Entangled minds : extrasensory experiences in a quantum reality. New York, Paraview Pocket Books.

[1] En supposant qu'une telle théorie puisse être utilisée pour expliquer tous les systèmes macroscopiques qui sont fondamentalement au centre des systèmes cérébraux dont le comportement dépend de leurs constituants atomiques (par exemple, les canaux ioniques, la fente synaptique). [2] En effet, le comportement de la lumière et des autres ondes électromagnétiques est décrit par la théorie de l'électrodynamique quantique (QED) comme étant constitué de photons et régi par les principes de la mécanique quantique, pouvant présenter à la fois un comportement ondulatoire et un comportement corpusculaire. [3] Ce qui signifie que nous appliquerions une "théorie locale" de la physique à un tel état. Une "théorie locale" est une théorie qui suppose que les particules ont des propriétés définies (telles que la position, la quantité de mouvement ou le spin). En ce sens, on peut dire qu'une théorie locale est une théorie complètement opposée à l'intrication quantique.

3 vues

댓글


bottom of page